Posts Tagged ‘projete’

Les ennemis du liège

Friday, September 16th, 2011

Si le liège est un matériau dont la qualité n’est plus à vanter, le chêne-liège sur lequel on le récolte peut parfois subir des attaques, qu’il faut apprendre à déceler et à anticiper pour mieux s’en protéger.

Les ennemis du liège sont de deux sortes: les insectes parasites et l’homme.

En effet, certains insectes y creusent des galeries, non pas pour s’en nourrir, mais pour y trouver logement.

-          Le ver de liège

C’est l’un des dépréciateurs du liège les plus connus. Il creuse des galeries entre l’écorce et la mère de l’arbre. Pour déceler la présence de ver sur un arbre, on peut se référer à deux indices: les trous de sortie de l’insecte adulte qui se manifestent sur la croûte par des tâches jaunâtres, et les cicatrices des anciennes galeries, souvent observables directement à la surface du tronc. Ces traces de passage de ver se retrouvent ensuite d’ailleurs au niveau des bouchons de liège fabriqués à partir de ces arbres.

-          La fourmi du liège

Dévastatrice pour le liège, elle creuse des galeries afin d’y établir son nid. Cette petite fourmi de 1 à 5 millimètres s’identifie par sa tête rouge, contrastant avec le reste de son corps, noir. Elle préfère largement le liège mâle, très crevassé et plus épais que le liège femelle, qui est trop fin pour elle. Il faut également préciser que les fourmis du liège mordent férocement leur agresseur. Les arbres attaqués se reconnaissent aux nombreux orifices d’entrée de la fourmillière (10 à 30 trous de 2mm de diamètre environ) par lesquels entrent et sortent sans arrêt des colonnes d’ouvrières. A ces fourmis viennent s’ajouter divers insectes, à l’impact plus ou moins important: termites, vers ou champignons.

-          L’homme

Oui, l’homme peut aussi s’avérer dangeureux pour le liège! Il faut tout d’abord rappeler que l’écorçage du chêne-liège est une opération délicate et nécessitant d’être réalisée par un professionnel. Toute blessure du chêne-liège, aussi légère soit elle, aura un impact sur la qualité des planches de liège futures. En effet, un coup de hache trop fort peut ne pas cicatriser et ainsi la zone ne produira plus jamais de liège.

L’homme est aussi un ennemi du liège dans un aspect plus trivial mais tout aussi grave, le vol ! En effet, pendant l’été notamment, certains propriétaires sont victimes de vols. Dans les suberaies rodent parfois des individus sans scrupules à la recherche de liège mûr, accessible aisément. Cette tendance a été révélée lorsque certains exploitants ont réalisé qu’une partie de leur liège avait disparue pour ensuite la retrouver…en vente sur un catalogue ! Pour se protéger et valoriser sa suberaie, il peut donc être intéressant de se rapprocher de structures professionnelles locales, qui vont les gérer au quotidien.

Ces ennemis du liège ont donc des conséquences directes sur la qualité du liège récolté d’où l’importance de savoir les déceler pour produire un meilleur liège.